Harper sur les traces de Christian Dior à Granville

La Bretonne d’Ille et Villaine que devient Harper le temps de l’été est partie en goguette du côté de la Monaco du Nord pour visiter la maison qui a vu grandir Monsieur Christian Dior. C’est le Prince Albert lui-même qui a ainsi nommé Granville. Et cet été, c’est une partie de la garde-robe de la Princesse Grace qui y est exposée.

Cette exposition est une petite madeleine de Proust: elle m’a replongée dans mes soirées d’été passées chez ma grand-mère où je feuilletais ses « Jours de France », « Point de Vue » et « Paris Match » consacrés à la Princesse Grace. Oui ma tendre Granny était fascinée par la beauté et l’élégance de Grace Kelly. Et moi qui sais si je ne vivais pas mes premiers émois modeux?

J’ai eu, tout au long de l’exposition, le sentiment de connaître cette garde-robe par cœur. Vous souvenez-vous quand petite, vous vous faufiliez dans le placard de votre mère pour regarder, toucher voire essayer toutes ses robes et chaussures de « grande » que vous lui aviez vu porter et qui vous faisait rêver? C’est exactement ce que j’ai vécu durant l’exposition.

Ce sont les créations de Marc Bohan, alors à la tête de la direction artistique depuis 1960 (et ce jusqu’en 1989), que révèle cette exposition.

L’ostentatoire n’est pas de mise dans ce vestiaire. Même s’il s’agit bien d’une star hollywoodienne, le style Grace est fait de sobriété et de simplicité.

Les origines irlandaises de la princesse et son éducation au couvent des Dames de l‘Assomption  de Philadelphie expliquent peut-être ce style chic et discret.

Cependant, sans vouloir faire de raccourci simpliste, s’il est une couleur franche bien représentée ici, il s’agit bien vert irlandais! Ce qui relève de l’inattendu.

Aucun décolleté ne semble avoir sa place. Le cou est caché. Mais les cols et encolures sont très travaillés mettant en avant le port de tête altier de Grace.

Le flou pour le moins vaporeux prend tout son sens dans les tuniques, robes de jour et cérémonie que la Princesse  affectionnait et qui reste aujourd’hui sa signature stylistique.

 

Si ce vestiaire représente une certaine idée du style des années 70, il en a perdu tout le colorama de l’époque.  On n’est pas tout à fait loin de l’ennui mais très loin du glamour hollywoodien. Que penser de la tunique blanche en avant-plan ci-dessus que portait la Princesse de Monaco au mariage de Lady Diana Spencer en 1981?
« Less is more » vs « Meringue » ? Je vous rappelle que la traine de Diana mesurait 7m62 précisément…

On est, avec ces 90 tenues, à des années-lumière de ce que la Maison Dior offrira en terme de style bien des décennies plus tard avec les différents successeurs de Marc Bohan.

Si la princesse Grace de Monaco incarnait le rêve américain et le conte de fées , on découvre dans cette exposition un style épuré et minimaliste très éloigné des tapis rouges princiers ou  de cinéma. Et c’est pour cette raison qu’Harper vous invite à vous rendre à la Villa « Les Rhumbs ».

Credits: Ouest France, Paris-Match, Alexandre de Paris, Musée Christian Dior.