AFTERHOMEWORK(PARIS)

Il était une fois un très beau et grand jeune homme de 16 ans et demi au regard azur ourlé de cils très foncés qui créa sa marque de vêtements « afterhomework(paris) » à la rentrée 2014…

Capture d’écran 2015-06-28 à 11.03.03

Créer une marque de vêtement ne relève pas du conte de fée, loin de là, j’ai donc décidé de rencontrer le petit prince pour comprendre ce qu’il a dans le ventre. Lubie, opportunisme ou passion ? C’est la question.

– Pourquoi as-tu créé ta propre marque ?

Je fréquentais des gens qui avaient déjà monté leur propre marque et j’avais toujours rêvé d’en créer une. Et puis c’est très simple : je sais depuis que je suis tout petit que je veux travailler dans la mode.

HM : Ce n’est donc pas une lubie.

– Pourquoi avoir choisi le nom « afterhomework(paris) »?

Quand j’ai dit à mes parents que je voulais créer ma marque de vêtements, j’avoue qu’ils n’étaient pas forcément très enthousiastes car la priorité pour eux était que je reste concentré sur mes études et que j’aie de bons résultats. J’ai donc voulu leur montrer que ce projet passait après le lycée et les devoirs. Je voulais aussi un nom anglophone car ça passe mieux. Pas de nom français car beaucoup de marques jouent sur ce terrain là. Je ne voulais pas vendre du frenchie, qui est très tendance actuellement. En revanche, je veux que l’attention soit portée sur les produits et le savoir-faire français. D’ailleurs Paris reste attaché au nom de la marque.

HM : Ce n’est pas de l’opportunisme non plus.

– Depuis le lancement de ta marque, combien de collections as-tu réalisé ?

J’ai commencé par lancer un tee-shirt unisexe en sept 2014.

Capture d’écran 2015-06-28 à 11.21.37

Ensuite j’ai fait une capsule en matière isolante pour femme fin 2014.

Capture d’écran 2015-06-28 à 11.23.33

Pour la fashion week de Février 2015, j’ai présenté une petite collection pour Femme inspirée de Pierre Soulages tout en noir évidemment avec un focus sur les robes et quelques jupes et tops.

PK-5

– Quelles sont tes inspirations?

En peinture, il y a František Kupka, Auguste Herbin et Pierre Soulages. En littérature, je lis en ce moment beaucoup de romans d’Emile Zola. Sinon mes potes sont une bonne source d’inspiration et puis il y a certains créateurs comme CDG et Rick Owens

– Comment fait-on une collection quand on a 16 ans et demi et des moyens forcément très limités?

C’est la débrouille avant tout. Je me suis associé avec Imane, styliste et couturière, qui m’aide à réaliser mes protos. Pour les photos, je fais appel à des amis ou connaissances. Idem pour la musique. C’est MMX-Delta qui a réalisé la musique de ma présentation de Février 2015.

– Pour qui dessines-tu ces pièces?

Pour des jeunes filles parisiennes de 16 à 23 ans qui aimeraient être habillées de façon différente mais élégante.

– Comment vois-tu ton avenir?

Je vais poursuivre mes études tout en continuant à développer ma marque. Probablement des études de littérature ou de mode. Pour le moment mon choix n’est pas arrêté.
Et pourquoi pas trouver des business angels pour permettre à ma marque de grandir ?

– Qu’as-tu présenté durant la Fashion Week PE16 ?

Une capsule de 6 pièces unisexes noires mais présentées sur des femmes uniquement, réalisées en lin et tissu éponge.
Comme je pensais à mes vacances, j’ai recyclé des vieilles serviettes de bain !

PK-NEW-Coll

-Et pour la rentrée ?

En Projet, un événement pour fêter le premier anniversaire de afterhomework(paris)

HM : Passion oui !!! La tête bien faite, les pieds sur terre, le petit prince est étonnant. Il est « habité » quand d’autres se demandent encore et c’est normal, ce qu’ils vont bien pouvoir faire dans la vie. C’est une chance incroyable. Sa maturité l’aide aussi à garder une certaine distance par rapport à un milieu fait de nombreuses étoiles filantes et de vide. Sa démarche créative est fascinante tant elle semble être cohérente et personnelle malgré des influences évidentes.
Que dit la fin du conte ? Ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants…
Fadaise!
Passe ton bac et surtout, change pas, t’es extra !